Chut ! C’est le Rakugo !

Chut ! C’est le Rakugo !

Posté dans Culture Japonaise

Si vous demandez aux Japonais ce qu’est le Rakugo, voici les réponses que vous obtiendrez :

« C’est un art traditionnel japonais comme le Kabuki et le Nô. »

« Des contes artistiques. »

« Un conteur en costume traditionnel japonais, assis sur un coussin au milieu de la scène, raconte une histoire comique, et les spectateurs en rient en l’écoutant, voilà ce qu’est le Rakugo. »

« Il s’agit de Shôten. »

« Ce sont des humoristes, non ? »

« Un spectacle pour les pépés et mémés... »

etc...

Certes, la plupart des Japonais en ont entendu parler. Il y en a même quelques uns qui le regardent à la télé.

Pourtant, il existe beaucoup de Japonais qui n’essaieront jamais d’aller écouter le vrai Rakugo jusqu’à la fin de leur vie. Et ils vous trouveront « un peu bizarre » si vous fréquentez un théâtre de Rakugo...

Le Rakugo a pour origine un spectacle pour les chefs de guerre de l’époque d’Azuchi- Momoyama (1583-1600), et qui s’est développé comme une culture populaire. Il ne s’adressait pas seulement aux gens intelligents ou riches, au contraire, c’était une animation pour les hommes du peuple. Toutefois, on ne trouvait, il y a quelque temps aux Yosé que des gens de certaines catégories comme des personnes âgées ou des intellectuels, et peu de femmes. Cependant, après la diffusion récente d’un téléfilm « Tiger & Dragon » qui représente l’univers du Rakugo et la vie des Rakugo-ka (conteur de Rakugo), les choses ont bien changées : devant Suéhiro-Tei (l’un des fameux théâtre de Rakugo) à Shinjuku, on trouve une longue queue tous les jours pour le spectacle en soirée. Aux différent Yosé, les femmes en joli Yukata (Kimono léger) prennent leur place...

Quant à moi, je ne suis allée voir le Rakugo que deux fois : ma première expérience était à Kobé où j’ai simplement accompagné ma tante, et la deuxième à Nihonbashi (Tokyo) avec des amis. Ces deux fois n’étaient pas de ma propre volonté... Mais, sans doute le destin m’y a emmenée ! Pendant mon séjour cet été au Japon, j’ai eu l’occasion de rencontrer un Rakugo-ka par chance et de faire sa connaissance. Poussée par lui, j’ai passé la porte de l’univers du Rakugo et voilà devant moi un monde unique, vaste et profond qui représente la joie, la tristesse, la jalousie, l’angoisse, le rire... bref, c’est comme si la vie des gens du passé renaissait sur scène, et que nous, les spectateurs participons avec le conteur à cette renaissance. Pour un spectacle de Rakugo, les spectateurs sont bien sûrs indispensables. C’est le secret du Rakugo. Qu’est-ce que cela veut dire ??? Je vous dévoilerai le pourquoi. Seulement, je peux vous dire ici, qu’il est trop dommage de ne pas connaître le Rakugo...

Littéralement, j’ai fait une « chute » dans le Rakugo (« Raku » veut dire « tomber », je vous expliquerai l’étymologie dans le prochain article), et j’ai commencé à apprendre cet art. On ne peut s’amuser parfaitement au Rakugo sans le connaître, parce que c’est un monde bien traditionnel avec beaucoup de conventions, et la plupart de contes se déroulent à l’époque d’Edo (1615-1868). En plus, le Rakugo est en principe emprunt d’humour, de jeux de mots, d’esprit, si on n’a pas une certaine intelligence, on est perdu tout de suite au milieu des spectateurs en se demandant : « Pourquoi les gens rigolent ??? » Dans ce cas, l’art de conteur échappe à notre cœur...

Je pense que le Rakugo sert très bien à approfondir une compréhension de la culture et de la langue japonaises. Et j’aimerais vous présenter le Rakugo que j’ai vu et écouté à Tokyo.

Hésitez-vous encore en vous disant que cela vous paraît un peu difficile... ? Ne vous inquiétez pas, si vous aimez vous amuser, rire, et vous intéressez à la vie humaine, vous avez déjà mit votre premier pas dans le monde du Rakugo !

Alors, minasan, « なんと寄席Nanto Yosé » wo yatchauyo !!! ( si vous comprenez ce jeu de mots «なんと寄席Nanto Yosé », c’est que vous avez d’ores et déjà un très bon niveau en japonais... et en Rakugo.)