Hogaku, musique traditionnelle japonaise

Hogaku, musique traditionnelle japonaise

Posté dans Culture Japonaise

On appelle Hogaku la musique traditionnelle japonaise, constituée avant l'époque Meiji. Celle ci s'est progressivement dissociée en autant de type de musique qu'on comptait de public (classe sociale, origine géographique, ...) ; ainsi, l'aristocratie écoutait le Gagaku, les guerriers, la musique Nô, les habitants d'Osaka, eux, écoutaient le Gidayu. La musique s'est ensuite associée au théatre et à la danse. Les instruments traditionnellement utilisés sont entre autres le Koto et le Shamisen, accompagné généralement de tambours (san no tsuzumi ou kakko), claquettes en bois (shakubyôshi).

Koto

Le koto est une cithare japonaise, et fait partie des instruments clés de la musique traditionnelle japonaise.

L'instrument qui mesure près de 2m est constitué d'une caisse de résonnance plate en bois sur laquelle sont disposées 13 cordes. Chaque corde est tendue de la même manière. Chaque corde dispose d'un chevalet qui étant placé individuellement donne à chaque corde sa tonalité.

Les cordes sont jouées à l'aide d'ongles artificiels (koto-tsume) sur 3 doigts d'une main alors que l'autre main presse plus ou moins fort sur les cordes pour en modifier le son. Cet instrument est généralement joué à même le sol.

Cet instrument est d'origine chinoise et coréenne et a été introduit au Japon à l'époque Nara. A cette époque l'instrument mesurait moins d'un mètre et ne disposait que de 5 cordes. L'instrument a donc évolué jusqu'à devenir ce qu'il est aujourd'hui. Il a existé un grand nombre de type de koto plus ou moins grands, comptant plus ou moins de cordes.

Shamisen

Le shamisen est un luth japonais, qui, comme le koto a été importé de la chine d'abord à Okinawa au XVIème siècle.

Le corps, carré, recouvert d'une peau de chat est légèrement bombé et se prolonge d'un manche long de moins d'un mètre. L'instrument a 3 cordes de soie (ou de nylon aujourd'hui).

On en joue en attaquant vigoureusement les cordes à l'aide d'une sorte de large peigne en bois ou en ivoire appellé "bachi".